REVUE BIMESTRIELLE DE CINÉMA

71e festival de cannes / jour 6

UNE AFFAIRE DE FAMILLE de Hirokazu Kore-eda (2h01) ASAKO I & II de Ryusuke Hamaguchi (1h59)

Belle journée hier avec deux films asiatiques d'une douceur et d'une intelligence saisissantes. Celui de Kore-Eda (deux mois après la sortie de The Third Murder) et de Ryusuke Hamaguchi (au moment de la sortie de Senses en salles en mai). Pas de chichis, et beaucoup d'amour, parfois de l'ironie, une présence folle des comédiens dans ces deux joyaux lyriques. Ce sont les deux rayons de soleil du Festival. On a rarement vu autant de justesse et de candeur côtoyant une noirceur sociale.

Une Affaire de famille.

Asako I & II.

_________________

BLACKKKLANSMAN de Spike Lee (2h08)

Quant au Spike Lee, l'élégance de la mise en scène ne masque pas la gravité du propos. Drôle à souhait également, le récit multiplie les gags sans les exploiter à outrance. C'est cette délicatesse douce amère qui fait du film une véritable charge féroce contre le racisme. Outre un style télévisuel parfois saillant, il y a toutefois une véritable recherche stylistique plutôt intrigante. Thomas Aïdan

 

N°19 — En kiosque le 2 novembre

Deux couvertures au choix : Suspiria (Luca Guadagnino)

ou Roma (Alfonso Cuarón)

Dossier sur le remake

+ Netflix et l'œuvre de cinéma